L’aménagement du territoire

Non, non, rassurez-vous, je ne vais pas vous parler d’aménagement du territoire mais du roman d’Aurélien Bellanger paru il y  presque un an.

Après un premier roman sobrement titré La théorie de l’information qui, pour tout dire m’avait un peu ennuyé, Aurélien Bellanger a commis, avec son Aménagement du territoire un roman inclassable et à mon avis passionnant.

De quoi s’agit-il ?

D’une intrigue pas mal ficelée qui se déroule de nos jours près de Laval et dont le prétexte est la construction de la ligne TGV qui doit traverser la Mayenne. C’est l’occasion pour l’auteur de rendre un vibrant hommage à ce terroir français mal connu – les Marches de Bretagne – coincé entre deux voisins à l’identité plus forte que la sienne : le Bassin Parisien et la Bretagne.

On y découvre l’histoire de deux familles tout au long du XXème siècle et avec elle, c’est toute l’histoire politique, sociologique, économique de la France qui se déroule au fil des pages. Avec, au passage, un hommage appuyé au génie gaulliste et à l’aménagement du territoire qu’il mit en place. Aujourd’hui, cette synthèse réussie de l’économie de marché et de son encadrement fait envie, à l’heure où, justement, la social-démocratie à la française semble si calamiteuse et si impuissante à nouer le dynamisme économique et la régulation des marchés.

Dans ce roman, on croise des personnages connus et en particulier l’improbable Jacques Foccart, père de la Françafrique mais aussi des personnages de fiction qui ressemblent à tel ou tel capitaine d’industrie connu ou à des énarques familiers.

L’intrigue hésite entre la saga familiale, le roman politique et le polar ésotérique, ce dernier ingrédient n’étant pas le plus convaincant même s’il est le prétexte à un suspens très correct qui pimente le récit.

Aurélien Bellanger est normalien et cela se sent à chaque ligne du roman. J’ai été fasciné par son apparente aisance à écrire le moindre paragraphe qui aurait demandé à une plume inculte comme la mienne la lecture de dizaines d’ouvrage ou des heures de recherches. C’est le privilège des têtes bien faites et bien pleines.

L’Aménagement du territoire est un roman passionnant et haletant que tout amoureux de notre « cher et vieux pays » lira avec intérêt et plaisir.

 

Emmanuel Deun